Îles Éoliennes

Vacances à Lipari dans Îles Éoliennes

Lipari: vous souhaitez y passer vos vacances et vous cherchez un hôtel, un bed and breakfast, une maison ou une chambre à louer…

L’île de Lipari [ lì-pa-ri ] est la plus grande de l’archipel des Îles Éoliennes . Il donne le nom à la commune qui comprend toutes les Îles Éoliennes sauf l’île de Salina, dont le territoire comprend les trois communes de Santa Marina Salina, Malfa et Leni. La morphologie de l’île, volcanique, présente soit des étendues blanches de pierre ponce, soit de sombres coulées d’obsidienne comme celle des Roches Rouges (Rocce Rosse), entre les bourgs de Canneto et d’Acquacalda. Cette dernière est le résultat de la phase finale de la dernière éruption du volcan Monte Sant’Angelo, appelé Campo Bianco en raison de la couleur des pierres ponce blanchâtre. Le bateau, qui relie les îles, offre une superbe vision panoramique à partir de la mer de la coulée.

 


On retrouve sur l’île des traces d’installations humaines depuis le néolithique (3500 – 2000 av. J-.C.) attirées par la richesse de l’obsidienne, matière principale des outils de coupe de la préhistoire ; le schéma de ces installations reflète celui de la culture de Stentinello. La présence d’eau favorise le développement des installations et la naissance de la production de céramiques. On retrouve des traces évidentes de commerce déjà à partir du XVI siècle av. J-.C. Le nom Lipari, selon Diodoro Siculo, dérive de Liparo, le roi des Ausones qui envahirent l’île autour de 1400 av. J-.C., et construisirent une ville appelée Lipara. Ils y restèrent jusqu’en 1270 av. J-.C. et cette période est l’une des plus florissantes sur le plan commercial, en raison de la position stratégique sur les routes de navigation entre l’ouest et l’est de la Méditerranée.
A l’origine, le nom provient de Meligunis, qui dériverait du grec « melos » qui signifie doux.

Le Musée Archéologique des Îles Éoliennes, sur l’acropole de Lipari, est l’un des musées le plus intéressant dans l’absolu et avec ses vestiges, il est le témoignage de plus de 5000 ans de civilisation de l’îleéolienne et de l’archipel. Il est l’un des plus importants de la Méditerranée et présente en suivant un ordre chronologique des expositions d’objets funéraires, vases, stèles tombales et sarcophages en pierre qui témoignent de l’évolution du culte des morts. Par ailleurs, il possède des céramiques de types et formes diverses, des masques théâtrales et des statues de terre cuite.

Le centre historique de Lipari est dominé par le Château, construit sur un promontoire ; sa construction remonte à des temps reculés, avec une tour faisant une partie des fortifications grecques du IV-III siècle av. J-.C., avec des tours médiévales du 13ième siècle et des murs d’enceinte d’époque espagnole. À l’intérieur de l’enceinte, on retrouve des restes archéologiques et la Cathédrale normande de 1084 modifiée en diverses époques, jusqu’en 1861 avec une façade en style baroque. Sur les cotés, les restes de l’Abbaye normande.

L’île de Lipari et les autres Îles Éoliennes sont reliées régulièrement au continent par des bateaux et des hydroglisseurs.

Les liaisons plus fréquentes sont avec le port de Milazzo, mais il y a des liaisons même avec Messine, Palerme, Reggio Calabria et Naples.