Îles Éoliennes

Vacances à Alicudi dans les Îles Éoliennes

Alicudi [ a-li-cù-di ] est l’île la plus occidentale de l’archipel des Îles Éoliennes est située à environ 34 miles marins à l’ouest de Lipari.
Elle est dominée par le mont Filo del l’Arpa, un volcan éteint, presque parfaitement circulaire, de 5 km², avec des côtes abruptes et raides qui constituent la partie émergée, des 1 500 m de profondeur du fond de la mer, jusqu’aux 675 m au dessus du niveau de la mer au point culminant de l’île.

Elle est habitée seulement sur le versant oriental, celui dont la pente est moins escarpée vers la mer. L’unique centre habité de l’île est aussi appelé Alicudi et compte environ 100 habitants.
L’île des bruyères dans l’après-guerre était ha

bitée de plus de 600 personnes, qui ont en grande partie émigré en Australie, au cours des décennies suivantes.
Encore aujourd’hui on peut noter les vestiges des cultures en terrasse, crées par l’homme, qui cassent les versants du volcan et ont permis aux habitants de vivre de l’agriculture.
De nature volcanique, la terre est particulièrement fertile et cultivable.
Par ailleurs, l’activité de la pêche ne fut guère développée en raison de la présence de pirates et de corsaires dans ces zones, qui ne rendait pas cette activité avantageuse par rapport à l’agriculture.

On accède à la mer seulement par des rochers ou de petites plages de cailloux. Les principaux produits de l’île sont les oliviers, les vignes, les câpres et la pêche.

Le tourisme est une partie importante de l’économie de cette petite île éolienne, même si son développement reste mineur par rapport aux autres îles.
En remontant les chemins muletiers, on plonge parmi les mille couleurs offertes des agaves, des figuiers de Barbarie, des câpriers en fleur, des bougainvillées rouge, rose, violet, orange et, naturellement, les bruyères.

Les uniques moyens de transport, en dehors de ses jambes, en mesure de grimper sur les chemins particulièrement raides sont l’âne et le mulet.

Il n’existe pas de routes, à l’exception d’une bande d’asphalte qui serpente pendant quelques centaines de mètres et permet de relier la place, affecté à héliport, au mole.

L’île est reliée à l’île majeure, Lipari, avec un service maritime, soit par hydroglisseur, soit par bateaux d’Alicudi à Lipari, Filicudi, Rinella et Santa Marina Salina ou bien directement à la Sicile. .